FERRON-CALLOT

2010- Interdépendance

Installation regroupant 94 moulages de mains en plâtre. Cette démarche m’a permis de concevoir une oeuvre grâce à la participation de personnes étrangères à la démarche artistique et à l’art dans sa singularité. Il s’agit d’un panel des habitants de mon village , de l’age de 18 mois à 94 ans, des familles les plus anciennes du village aux habitants nouvellement installés.
Dans cette démarche, on peut ainsi s’arrêter sur l’ensemble de toutes ses mains aussi bien que sur l’intelligence propre à chacune d’entre elles. Au gré d’une déambulation à travers une forêt de mains, on retrouve ainsi :
La main comme premier outil de l’homme, celle qui transforme le blé en pain
– La main qui permet à une pensée de prendre forme ;
– La main langage, qui délivre un message par un geste ou une torsion de doigts, dans une savante et alchimiste sémiotique ;
– La main histoire de son propriétaire et d’un savoir-faire.
_Chaque main peut alors se lire comme la métonymie du métier ou du caractère de son « propriétaire ».
Des savoirs -faire spécifiques et ancestraux sont ainsi mis en avant, tels que les mains des derniers fabricants de balai en sorgho et en bruyère, du boulanger pétrissant sa pâte, du garagiste remplaçant une pompe à eau , du viticulteur prenant soin de sa vigne…
L’oeuvre dans son ensemble célèbre toutes ces mains réunies comme les maillons d’une chaîne, montrant l’individu dans sa singularité et en même temps tout relié à l’autre, indissociable de l’autre. Il s’agit ici de mettre l’art à portée de main et de révéler l’intelligence de chacune de ces mains.
La réalisation de cette oeuvre s’inscrit dans une démarche artistique personnelle. Mais c’est aussi une démarche collective qui associe toutes ces mains participantes et qui offre l’occasion à chacun d’acquérir un fragment de l’oeuvre .

.